Renforcer nos partenariats pour améliorer l’accès aux médicaments contre le VIH

La lutte contre le VIH exige la collaboration de tous les acteurs-clés : les gouvernements, les communautés de personnes touchées par le VIH et les fabricants de médicaments génériques et princeps. L’une des missions du Medicines Patent Pool est de renforcer les partenariats entre ces protagonistes, qui ont comme objectif commun de faciliter l’accès au traitement.

La coopération entre le Pool et ses partenaires s’intensifiant de jour en jour, je me réjouis des perspectives qui s’offriront à nous dans les mois à venir. Les avancées récentes sont, en effet, très prometteuses.

Tout d’abord, nous avons conclu deux accords de partenariat avec des fabricants de médicaments princeps. Le premier, signé avec ViiV Healthcare, permettra d’améliorer l’accès aux antirétroviraux destinés aux enfants, l’une des populations touchées par le VIH les plus négligées. Le second, passé avec Roche, concerne un traitement contre la rétinite à cytomégalovirus, une infection opportuniste pouvant entraîner la cécité chez les personnes touchées par le VIH.

De plus, afin de garantir des résultats optimaux, le Medicines Patent Pool a renforcé sa stratégie de gestion des licences accordées aux fabricants de génériques. Il a ainsi coordonné des transferts de technologie, aidé les fabricants de génériques à entrer en contact avec les autorités de réglementation et apporté son assistance lors de la phase de développement de produits. Par ailleurs, un accord a déjà été conclu avec Aurobindo Pharma Limited pour la fabrication de versions génériques de l’abacavir (dont le brevet appartient à ViiV Healthcare). Le Pool a également octroyé à Shasun Pharma Solutions (en février) et Shilpa Medicare (en juin) des sous-licences dans le cadre de l’accord conclu avec Gilead Sciences.

D’après les nouvelles recommandations de l’Organisation mondiale de la santé pour le traitement du VIH, parues en juillet 2013, 26 millions de personnes touchées par le VIH doivent pouvoir bénéficier d’un meilleur accès au traitement. L’importance d’un mécanisme de facilitation tel que le Medicines Patent Pool s’en trouve donc réaffirmé. Le Pool est déjà parvenu à ce que des licences portant sur des médicaments préconisés par l’OMS en première intention pour le traitement du VIH chez l’enfant et l’adulte lui soient concédées.

Nous commençons aujourd’hui à recueillir les fruits de ce travail. Jusqu’à présent, les licences du Pool ont permis à plus de 20 pays d’avoir accès à moindre coût à des versions génériques de médicaments indispensables. Étant donné le délai existant entre l’octroi d’une licence et la production effective des médicaments, ce chiffre devrait continuer de croître.

D’autre part, le Medicines Patent Pool ne cesse d’étendre ses connaissances. La base de données sur le statut des brevets portant sur les médicaments anti-VIH rassemble aujourd’hui des informations sur 72 brevets relatifs à 26 antirétroviraux, dans 80 pays. Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme estime qu’elle représente une « source de référence, impartiale et essentielle » et l’UNICEF la décrit comme « une avancée majeure vers un meilleur accès au traitement ». Le Medicines Patent Pool a mis en place un questionnaire anonyme en ligne afin que les utilisateurs puissent soumettre leurs suggestions d’amélioration.

Par ailleurs, une étude systématique de la prévalence des infections à cytomégalovirus, financée en partie par Medicines Patent Pool, a récemment été publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases. Nous pensons que cette étude, de même que l’accord conclu avec Roche sur le valganciclovir, contribueront à promouvoir les initiatives liées au traitement de cette infection qui touche de nombreuses personnes porteuses du VIH.

En parallèle de la rencontre organisée ce mois-ci à Copenhague par l’OMS dans le cadre de son programme de préqualification, le Pool et l’OMS tiendront une conférence visant à renforcer ses partenariats avec les fabricants de médicaments princeps et génériques, et à examiner les solutions collaboratives permettant d’atteindre les objectifs établis dans les nouvelles recommandations de l’OMS en matière d’accès aux médicaments.

Les choses s’accélèrent et je suis impatient de voir ce que les prochains mois nous réservent.

This page is also available in: Anglais, Espagnol